Filtrer

– Pourquoi baisses-tu encore une fois le son ? il demande.

Mais c’est les pubs, répond-elle.

Tout est intéressant, on peut apprendre de tout.

Des pubs sur le TV ?

On se rend compte comment les gens pensent, des tendances. (Il le met plus fort.) Bon, baissons un peu, mais ne coupe pas le son !

Ils sont tellement bêtes !

Quelquefois c’est amusant.

Et souvent sexy. Mais c’est un lavage de cerveau, de la propagande. Souvent, même pas subtil.

J’aime bien les regarder, moi.

Bon, je m’en vais.

Reste, chérie.

Je reviens, après. Ils commencent à être même, franchement méchants. Regarde ! Cette petite fille frappant les doigts de son père. Une incitation à la violence et…

Ils croient que c’est de l’humour.

Humour ? Cela me rappelle mon institutrice. J’avais six ans. Elle nous frappait dans la paume chaque jour avec un prétexte ou l’autre. Cela fait mal, c’est dégradant. Non, il n’y a rien de comique dedans. De pure méchanceté. Autorisée, étalée.

Encore une? Sur la paume déjà blessée, rougi? J’avais six ans seulement.

Le TV m’a rapporté tout cela dans mes souvenirs. Maudit soit celui qui a eu d’idée de ce pub, qui l’a accepté, qui l’a réalisé. Sadiques !

Je n’ai pas envie de regarder, ni surtout sourire, d’une petite fille frappant les doigts de son père.

Oui, mon institutrice avait plaisir de nous frapper à tour de rôle, de nos mines effrayées, de nos paumes meurtries. Pas un jour ne se passait sans qu’un de nous ne soit puni.

Et la satisfaction que nous avions le jour qu’elle passa devant nous sans s’arrêter : pas moi, aujourd’hui, contant d’avoir échappé, au moins, cette fois-ci. Est-ce faisait de nous des méchants ? On traîne ensuite la mauvaise conscience toute sa vie. Comme si c’était notre faute d’avoir échappé. Comme ceux de camps de concentration. C’est lourd à porter.

Est-ce étonnant que je filtre? Et malgré qu’il me le reproche à chaque fois de nouveau, je continuerai à filtrer.

***

Il y a trop des choses de mon passé que je ne veux pas ressusciter, voir resurgir comme si j’étais là et souffrir de nouveau. J’étais envahi de mauvaise conscience à douze ans : pourquoi je vis et ma cousine a disparu dans la fumée ?

Que des blessures profondes resurgissent pourtant les uns après les autres d’un coup.

J’ai dû tout quitter, plusieurs fois, mon travail, mon logement, mes meubles, mon amant. Promesses, non tenus. Chagrin, désespoir, kilos gagnés. Qui veut se replonger dans ses peines ?

Une boîte de pandore, il a raison.

Le présent vécu, lutte jour à jour, plaisir d’instant, passion dans le travail. Retrouver un être cher, proche, semblable. Mais pas en tout.

Je ne veux pas de télé, d’intrusion dans ma vie tranquille. Laissez les fantômes d’antan dans les placards, enfermés. Ne ressuscitez pas le mal, montrez le bien, les joies, les bonheurs, les passions de la vie. Réalisateurs, sortez de nous tout ce qu’il y a de bon et non les horreurs, méchancetés, cruautés.

Je continuerai de filtrer, tant que vous ne le faites pas.


2007: ces jours-ci je filtre en n'ayant pas de télévision et ne regardant que de temps en temps sur l'Internet.

1 commentaire:

Sophos a dit…

tu as bien raison !
Nous avons la télé, mais nous la regardons rarement !!!
Les rares fois ou nous voyons les pubs, bien souvent je réagis comme toi, car le plus souvent, ils font appel à la cruauté, la méchanceté, la tromperie volontaire des gens ...et mettent en avant ce genre de comportement :-(
Après on s'étonne qu eles gens, les jeunes et ceux qui s'abrutissent devant tout ca, deviennen si égoistes, si manipulatuer... ils ont le mode d'emploi à la tv ! Et en plus, puisqu'on le montre...c'ets permit, hein !!!


grrr ........

Sophos