Ai-je touché le bois ?

« Toucher le bois rapidement pour que ce qu’on dit, qu’on est heureux pour, ne soit pas abîmé, ne disparaisse pas, » dit la superstition. (En hongrois, on 'frappe le bois' mais c’est tout au même.)

Après la guerre, (la deuxième mondiale), Suzy était venue travailler chez nous comme bonne pour une année. Fille de riches paysans, ses parents voulaient la marier, mais elle était décidée d’attendre le retour de fiancé, prisonnier en Russie. Il est revenu, une jambe au moins, et elle s’est retournée aussitôt au pays. Hélas, il ne voulait pas la marier : « tu es trop belle pour moi ». C’est elle qui m’avait appris cette superstition, que longtemps, sans comprendre, j’appliquais pourtant. La seule d’ailleurs.

J’avais treize ans quand je lui ai rendu visite, elle m’emmena au cimetière, m’expliquait que leurs familles s’entretuaient depuis des générations et elle voulait en mettre fin. Elle dit « cette année je me marie », vite, vite, touchons le bois. Elle a réussi. Elle avait attendu sept ans pour lui.

Chaque fois que je disais trop vite, j’ai touché du bois. Sans rien comprendre. Je ne comprenais pas la sagesse profonde populaire, je m’en suis rendu compte seulement récemment.

Quand on est convaincu que « tout marche bien, tout ira bien dorénavant », quand on est aux anges, tout fier, tout heureux, on le raconte, on le dit, et alors… attention! N’y pas croire trop! Avoir un peu de crainte, sinon, le bonheur pourrait disparaître, se dissiper. Aussitôt qu’on le croit trop, on ne fait plus assez attention.

Depuis quand ai-je compris ?

Aujourd’hui, j’ai un peu de crainte chaque fois que je suis aux anges : je sais, hélas, le bonheur ne dure pas éternellement. En faisant au moins semblant de ne pas y croire (trop), en touchant le bois, pour ne pas provoquer le sort… peut–être… Ce n’aide pas, mais ne peut pas nuire, non plus.

Pourquoi suis-je si étanche en général aux sous-entendus, double sens?

1 commentaire:

Sophos a dit…

Parce que c'est dur de ne pas croire au bonheur, quand il arrive. De ne pas le prendre comme il est, sans avoir en pensée qu'il pourrait disparaitre ....

c'est vrai que croire au bonheur, ca va de pair avec "faire attention, on pourrait si vite le perdre" ....

Et même ne faisant attention, c'est si facile de tout perdre ... mais si dur de le reconquerir !!!!

sophos