On ne peut pas...

9 septembre

Y aura-t-il encore des choses que nous ne pourrons pas accepter l'un de l'autre ? Plus j'en laisse passer, plus j'essaie d'être souple avec lui, plus François « exige ». Quand il est agréable, se porte et parle ainsi, alors bien, je l'écoute. Mais c'est quand même terrible que je ne puisse pas dîner quand je veux, ce que je veux, sans que cela devienne un drame.

Julie. Es-tu sûre que tu veux te marier avec lui ?

Ne pas oublier de ne pas m'engager en rien qui dépende de lui, que je ne sais pas réaliser tout seule. Bien sûr, j'écouterai ses conseils, mais ne pas m’attendre de lui autre chose rapidement ou pour certain. Il y a deux ans, mon livre s'est volatilisé ainsi et d'autres choses aussi. Je peux prendre sur moi ce que je peux réaliser tout seule. Et vivre une vie plus indépendante.

Ce n'est pas bon d'être trop ensemble, à trop montrer mon amour.

Attention, Julie ! C'est ta vie. Donne, ce que tu veux, cède, change. Où est la frontière quand on ne peut plus, on ne veut plus changer, céder, juste pour avoir une atmosphère paisible, agréable, chaleureuse, bonne ? Montre-lui, toi aussi clairement où est la frontière qu’il vaut mieux ne pas dépasser si lui aussi ne veut pas la guerre !

Aujourd'hui à 18 heures j'ai eu faim. François n'était pas à la maison et j'ai mangé du pain avec fromage et tomates, dîner habituel de ma jeunesse. Depuis qu'il est revenu, il est fâché (et moi aussi).

Vaut-il la peine de se fâcher pour ça ?

La question n'est pas là, mais comment devrais-je me comporter dans ces circonstances. M'énerver autant que ça, ne vaut pas la peine, seulement parce qu'il essaie de détruire tellement mon indépendance. Pour cela, oui.

Finalement, on reste seule et le reste est seulement un mirage.

Ça coûte trop de vivre avec un autre !

On ne peut pas sans cesse s'adapter, toujours céder.

2 commentaires:

sophos a dit…

c'est vrai que ca "coute" de vivre à deux, de faire attention à l'autre.
Mais quand on est deux à faire attention, à donner, ou a essayé de faire mieux, ca aide.
Quand l'un done beaucoup et l'autre moins, il y a déséquilibre, et c'est dur .... de faire avec, cela demande beaucoup ....de souplesse, de prise sur soi.

Sophos

coyote des neiges a dit…

À force de donner, l'autre finit par considérer ça comme son dû!
Non, ça ne vaut pas la peine de se fâcher parce que tu as mangé avant lui, mais pour toi, oui, ça vaut la peine de se fâcher pour lui remettre les choses en perspective!
L'égoisme des hommes se construit sur les concessions des femmes...