10 mars 1990

Plus ça va, plus je me rends compte de mes torts.

Tout simplement je ne réussis plus à accepter François tel qu'il est devenu, tel qu'il est de temps en temps. Il a un besoin immense d'agir, de prouver, de changer, de créer... des choses énormes.

Il bouillonne d'énergie, d'idées et d'enthousiasme. Je devrais le soutenir et pas le critiquer. Le laisser faire et rester tranquille, éloigné. M’impliquer moins. Pourquoi ne réussis-je pas ?

D'abord, parce que mes nerfs sont en mauvais état.

Quelquefois, pour quelques instants, je retrouve mon François heureux, ouvert, "normal" ? ! et je suis heureuse, rassurée. Puis, de nouveau, il veut me prouver, se prouver.

Si je m'analyse bien, c'est moi qui ai déclenché, provoqué la venue de la nouvelle vague, sans le vouloir, en le critiquant d’un côté, en l'encourageant de l’autre. Ah ! là, la. Je suis fatiguée et je ne réussis plus à être heureuse, détendue. Je suis triste, énervée et fort épuisée.

2 commentaires:

canela_e_jasmim a dit…

Je vous applaudit debout, ma chère Julie!

Votre vie est fascinante. Je vais bientôt avoir 50 ans et je vous prends pour exemple!
Grosses bises.

sophos a dit…

tu ne peux pas toujours tout prendre sur toi !
Mais l'article précédent montre qu'il peut aussi changer un peu, et te donner beaucoup ;-)

Sophos