3 février 1994

Voilà. Je commence à comprendre que la raison principale de ma très grande fatigue ait été que je n'ai pas dormi depuis longtemps détendue. Maintenant que François est à la maison et que nous dormons l'un dans le bras de l'autre, je commence vraiment à me décontracter et à être beaucoup moins fatigué. Oui, moi aussi j'ai besoin de ces dix jours de congé et pas seulement pour être avec lui. Je crois que nous avons enfin trouvé deux bons docteurs.

François vient de sortir tout seul, c'est comme si mon bébé sortait seul pour la première fois. Non, pire. Julie, sois adulte ! François est aussi adulte. Et il a besoin de sentir que "ça va", c'est très important psychologiquement. Comporte-toi comme une adulte et non pas comme une mère poule.

Son nouveau "look" sa barbe et sa moustache commencent à lui aller très bien et je commence à m'habituer. Les jours les plus graves s'éloignent.

En regardant mon journal je réalise combien d'émotions concentrées en peu de temps j'ai eues depuis le 25 décembre.

À la longue, probablement tout deviendra positif.

Quant au travail, de toutes les façons 10 heures loin de François, c'est trop. Il sera dorénavant mieux soigné. Quant à mon petit-fils, c'est bien de savoir que la vie continue, j'étais contente d'entendre "oui, mais"... Agnès l'a aussi compris. C'était aussi bien de sentir Lionel, Valérie et Agnès tellement à côté de nous, vraiment concernés.

Et moi qui croyais avant Noël, que cet hiver serait plus calme que le précédent. Espérons quand même que le prochain le sera.

1 commentaire:

sophos a dit…

cela t'aura permis de voir que tes liens sont plus fort que tu croyait avec tes enfants, surtout Agnes ;-)

Et de te poser aussi. de vous poser un peu.

Pour mieux repartir dans la vie ... ???

Sophos