Tao of leadership?

10 novembre 1991

Je dois mieux apprendre “le mode d'emploi” : comment réaliser ce que je veux avec patience, en tenant compte des gens, les faisant évoluer en bonne direction. Ce n'est pas facile, hélas.

Tao of leadership" Lao Tzu's adapté John Heider (extraits traduits par moi)

Dans l’action, le temps d’agir est tout.

Parce que le chef ne force pas, le groupe ne résiste pas. Le chef sage est content de bon travail et laisse les autres agir. Le chef ne prend pas du crédit pour ce qui est arrivé et n’a pas besoin d’être connu. La puissance vient à travers coopération et l’indépendance.

Il est important de se donner du temps régulièrement pour la réflexion silencieuse. S’agiter, détruit la vue interne. Se regarder et digérer ce qui est arrivé. Enseigner les gens de faire attention à la réaction du corps à la situation. Quand on a le temps de réfléchir, on voit plus clairement ce qui est essentiel en soi et en autres.

Quand on ne comprend pas ce que vous voyez et entendez, n’essayez pas de le comprendre : arrêtez-vous un moment et devenez calme. Quand on est calme, des événements complexes apparaissent simples. Utilisez l’intuition et réflexion plutôt que d’essayer de chercher la réponse aussitôt.

Le Chef qui parle, s’en vante, essaye d’impressionner n’a pas du centre et a peu de poids. Essayer trop fort, produit des résultats inattendus. Essayer de précipiter les choses ne vous apporte rien. Ceci arrive à cause d’absence de sécurité.

Avoir du centre veut dire avoir d’habilité à recouvrir la balance, même au milieu d’action. Une personne centrée, ne va pas avoir d’excitations soudaines ou prendre des décisions soudaines. La personne centrée et basée, a de stabilité et sens de soi. Celui qui n’est pas stable peut être facilement détourné par des autres et faire des fautes en jugement, ou même devenir malade quand il y a des gens erratiques autour de lui ou des situations critiques.

Un excellent lutteur ne fait chaque intervention brillante. YIN : être réceptive.

Un guérisseur prend de temps pour soi, et pour autres.

Sais quand écouter, quand agir et quand se retirer. Trop de force nuit. Forcer trop peut bloquer le procès.

Ils croient qu’ils sont en train de créer quand en réalité ils sont en train de détruire la cohérence. Intervention constante n’est pas la mesure d’habilité, en réalité est crue et pas appropriés. Ils croient que ceci leur donne de l’autorité, en réalité leur comportement diminue le respect.
Le meneur sage reste centré et basé et utilise la moindre force nécessaire pour agir effectivement. Montrer de la force suggère insécurité.

Si vous devez diriger, faites-le de façon que l’autre soit aidé, mais quand même il reste libre, en charge. Quand je laisse s’en aller ce que j’ai, je reçois ce que j’ai besoin ( ? ! ) Quand je me sens le plus détruite, je commencerai à me développer. (pourquoi ?) Avez-vous jamais lutté pour avoir du travail ou amour, et puis abandonné la lutte - et d’un coup les deux, amour et travail étaient là ? (Mais pourquoi ? Est-ce vrai ?)

De bon travail arrive une bonne réputation, mais si on essaye de préserver la réputation, on perd la liberté et l’honnêteté nécessaire pour développement futur. Être loué et critiqué vous fait sentir bien, ou mal à l’aise : ne mesurez votre succès par cela.

Être connu complique la vie.
Rester flexible est très important. (!!!)

Quand on devient trop occupé, le temps est venu de retourner à silence. (réfléchir). Sachez ce qui arrive.

Quelquefois il faut laisser tout effort partir, jusque le sens de clarté revient. (94 : Ce que me conseille Stéphanie aujourd’hui).

Posséder ou être possédé ? Mais si vous laisser partir certains choses, vous laissez ouverte votre vie pour s’occuper d’autres.

1 commentaire:

sophos a dit…

il y a beaucoup de chef ...qui devrait lire ton article !!!
Et qui sont certainement cent fois pire ......

Par contre, tout le monde ne peut être chef (enfin, un bon) parce que cela demande beaucoup plus que de la compétance dans son domaine ... cela demande de l'humanité ... Et de la force ,-)

Sophos