Ensemble, dans le monde…

15 janvier 1992

Nous avons passé deux semaines inoubliables en Andalousie à la fin de l’année avec François.

Un voyage très intéressant, instructif et, sauf pour nos jambes, reposantes. Arcos, village blanc, nous a ravis. Ronda moche, sauf son emplacement. Ensuite nous avons découvert un lac et une route qui n'étaient pas encore sur la carte, puis nous avons visité deux autres ravissantes petites villes anciennes.

Puis Grenade et ses jardins, ses patios espagnols. Ubigan et Bædja où nous avons découvert le vrai Flamenco dans une salle presque vide et froide, mais quel spectacle inoubliable ! Les châteaux et vestiges du passé, les églises. Cordoue avec son énorme Mosquée Cathédrale et son art mélangé, comme le peuple espagnol qui est aussi un mélange, l’hôpital de Cordoue où l’on a examiné François gratuitement, ensuite le château fort habité, puis Séville.

Séville que nous avions évité, Séville qui nous a séduit par ses habitants intelligents et gais, ses jardins et son atmosphère, ses boutiques et rues piétonnières, ses fleurs, son orgue où François a pu jouer aussi un peu.

Oui, la visite valait la peine.

Et voyager avec un homme ultra cultivé - qui s'est rappelé même qu'il comprenait l'espagnol, se souvenait de son histoire, de son art - c'était pour moi merveilleux, même un cours d’architecture et de civilisation appliquée. Quelquefois un peu fatigant, mais combien fantastiquement intéressant d'avoir un mari comme cela !

1992 : bonne année Julie et François et pour toute la famille élargie !
C'était une merveilleuse voyage avant l'avalanche. Je m'en souviens de Araas et ses maisons blanches et le matin les petits brioches attachés dans un sac à l'entrées pour le petit déjeuner quand les gens se réveilleront, du Ronda moche et triste mais si bien situé, de Cordoba et son énorme mosquée et petit ruelles, du Grenade, son palais et un très agréable café avec vue près de la ville vers en bas, et son histoire avec turcs, chrétiens, juifs et aussi de Ubigan et le flamenco merveilleux dans ce cinéma presque vide. C'est beau l'andalousie et en plus, j'étais si amoureuse!

5 mars 1992

Aujourd'hui j'ai terminé l'Annuaire Téléphonique, du très beau travail. Demain nous visiterons Stéphanie à Mirepoix, ensuite nous irons près de son village pour un travail difficile supplémentaire que le directeur m’a confié.

L'équipe Assistance Mac se forme et commence à agir. Mais je ne dois négliger ni François (je m'occupe pas mal d'ailleurs de lui), ni Lionel (il faut que je lui consacre plus de temps) ni ma santé.

François m'a demandé de faire deux cours à sa place pendant qu'il était à une conférence et j'ai continué à l'assister en troisième année de la Grande École où qu’il enseigne depuis peu de temps. Nous construisons ensemble ce cours, il nous a déjà beaucoup appris et apporté. Nous avons fait de réels progrès et à partir de maintenant je pourrai enseigner HyperCard et son langage à un autre niveau. Expliquer sur la communication et le multimédia aux étudiants de haut niveau m'a beaucoup appris.

À San Francisco, j'ai trouvé des livres intéressants sur les différences de perceptions du Temps et de l'Espace dans diverses civilisations ; sur les divers comportements et habitudes non-écrits nécessaires ; pour comprendre et ne pas se méprendre, ne pas mal interpréter les signes de l'autre. Je n'ai pas encore tout lu, mais c'est instructif et passionnant.

Il faudrait que je nage plus souvent, c'est tellement délicieux ! nous avons découvert une piscine agréable près de chez nous. Et il faudrait rencontrer des gens, sortir plus souvent ! François en a besoin aussi.

C'est fou comme il peut être parfois complètement insupportable et d’autre fois tellement, fantastiquement gentil, me faisant fondre complètement.

1 commentaire:

sophos a dit…

le tout est de faire la part des choses ... et que le meiux l'emporte sur le mauvais ...

Mais parfois, ce n'est pas facile, c'est pesant ......

Sophso