Bilan 1986

3 Janvier , 1987

Encore une année de ma vie qui s'est écoulée. Qu'est-ce que j'en ai fait ? Qu'est ce qui s’est passé ? Quantité de changements, extérieurs aussi, beaucoup plus en moi.

Où en étais-je il y a une année ?

J'avais déménagé pour habiter avec Paul et après un mois à peine rien n'allait plus entre nous. Il était devenu insupportable et maintenant je crois que c’était volontaire, puisque ni ma société, ni moi, nous n’avions plus d'argent. Au travail nous étions encore sept et cela n'allait pas, non plus.
Que faire ? Comment m'en sortir ? Ce n’est pas Paul qui allait nous aider, hélas, il n'y était pas disposé : il continuait à s'appuyer sur moi, bien qu'à ce moment-là c’était moi qui avais besoin d'un appui, d’un coup de main. Nos voyages à San Francisco, puis à Nice, m'ont montré que c'était fini, vraiment fini entre nous, qu'il n'avait plus envers moi aucun amour seulement de la haine.

Agnès n'allait pas non plus. Je suis partie aux USA pour réfléchir et à refaire ma vie... C'était le moment de rompre, devenir indépendante de Paul, redevenir moi-même. Lionel n'a pas pu ou voulu continuer à s'occuper de Bip à ma place et j’ai du revenir. Au début, j'ai habité à Montmartre avec Ionel et Rébecca en dormant dans le salon, leur cédant le chambre à coucher, puis je suis parti me reposer chez Anna. Ensuite Ionel est parti à Boston.

Nous ne sommes plus que trois à Bip. Je n'avais plus envie d'aller au bureau. J'ai refait l’appartement de Montmartre à mon goût, et j’ai réussi à maigrir de 23 kg. Je suis tombée malade.

Je viens de retrouver l'envie de travailler à la maison et même dans le local de la société. Bip marche mieux, et moi, beaucoup mieux. Mais, pourquoi suis-je si fatiguée ? Auparavant, j'aimais les discussions, mais ces conversations chez Renée m’ont fort épuisée. Me suis-je trop concentrée ? Ai-je trop parlé de moi-même ?

Je voudrais tant pouvoir aider Agnès, elle est tellement désorientée après sa séparation d’avec son mari impossible. Difficile de reconnaître qu’on s’est trompée. Qu’on a été abusée. Mais ce n'est jamais bien d’en faire trop.

Je me sens bouillonnante d'énergie. Mais attention ! Cette énergie physique, psychique n'est pas infinie et il ne faut pas que je la disperse et qu'il ne m'en reste plus. L’étourdissement subit que j'ai eu, c'est un coup de semonce auquel il faut bien réfléchir. En tout, l'année m'a apporté énormément de bien et de progrès. À moi de les garder, d'en profiter sagement.

1 commentaire:

sophos a dit…

visiblement cette année là, tu as fait de grands pas, tu as franchit de nouvelles étapes.
Tu es redevenue toi.
Et tu as aider ausi les autres ....
ALors ma foi, ton bilan n'est pas mauvais ...
Et tu repars pour un an, pleine d'énergie ;-)

Sophos