Souvenirs: changer de métier

Stéphanie lui avait dit qu’on devient vraiment adulte, une fois que les deux parents ont disparu. Julie, n’avait pas beaucoup de loisir à réfléchir, ni de s’attrister, il fallait absolument AGIR. Elle devait compter sur elle-même.

Dorénavant, sans sa mère à qui parler (Stéphanie était loin) sans son père à qui demander d’appuis financiers, il se secouer et se débrouiller soi–même.

Il fallait trouver vite du travail, n’importe lequel.

Comme elle ne retrouva pas à l’institut de recherches où elle avait travaillé avant de partir, elle continua ses recherches. Au bas des marches, elle découvrit une « Musée d’art juif », il s’y trouvait aussi une agence de placement.

— Savez-vous enseigner les math pour jeunes préparant leur bac?
— Non, mais je peux enseigner la chimie. Et… l’informatique.
— L’informatique ? Tiens, justement il y a une demande !

C’est alors que Julie changea de métier, de chimiste elle devint « enseignante en micro–informatique ». Elle apprenait sur le tas ; spécialiste Apple II, et plus tard de Macintosh.

Les ordinateurs et leurs programmes est devenu sa passion, tout comme son nouveau quartier, Montmartre. Heureusement qu’elle avait dû partir des États Unis et revenir en France. Sinon, elle serait encore dans ses éprouvettes et loin de son Bute Montmartre adoré ! Comme son arrière grande mère avait raison : de tout mal quelque chose de bon sortira.

" Go forth. The way to go shell glimmer in the mind. “

1 commentaire:

sophos a dit…

ta grand-mère avait bien raison ;-)))

Sophos