Est-ce possible?

9 janvier 1988

Il y a deux semaines, début novembre, j'ai découvert Dürer. C'est presque incroyable! Il a vécu vers 1500 il y a 500 ans déjà! J'ai admiré ses images gravées, je les ai numérisées avec le scanner, je les ai inversées, ainsi on les voit comme lui-même sur ses gravures originales. Il s'en dégage une telle force que je suis entièrement sous son emprise.

Et hier, je suis tombée amoureuse.

Est-ce possible de s’émouvoir ainsi pour quelqu’un qui a vécu il y a 500 ans ?

Sa gravure de lui même, nu et vulnérable - c'est comme s'il était là. Vulnérable comme homme - mais quelle force, quel travail et quel courage dans sa vie! Et quelle volonté de poursuivre son propre chemin. Avec les notes de Léonard de Vinci, les images de Dürer et le livre sur l'épopée des livres - je me suis rendu compte quelle image fausse j'avais jusqu'à maintenant du temps et des gens d'il y a 500 ans, 1000 ans. D'autres gens comme nous, comme moi, d’autres civilisations, savants, chercheurs, voyageurs. Que de courage il leur a fallu, autrement plus qu'à nous. Ils ont vécu, lutté, souffert, créé, comme nous le faisons aujourd'hui. Et notre temps vient et passe, comme le leur est venu et passé...

Que m’est-il arrivé l’année dernière ?

J’ai découvert Spinoza, publié un livre réussi, PostScript à votre Service. Je viens de presque terminer sa suite. Nous venons de finaliser les 300 pages du Livre de l'HyperCard et j'espère que ce sera un succès. Va-t-il aider ma société Bip à survivre ? De toute façon, j’ai eu beaucoup de plaisir de l'écrire et il aidera sûrement beaucoup de gens différents qui le liront.

Je suis dans une période créative et j'envisage déjà deux autres livres mais je suis épuisée après le sprint de mois décembre. J’ai dû lutter avec mon co-auteur qui voulait le terminer plus rapidement sans se soucier autant que moi de sa qualité. J'ai réussi à imposer ma volonté et mes idées à quatre-vingt pour cent, mais au prix de quels efforts ! J'espère que le prochain livre va être plus reposant nerveusement.

J’ai découvert Dürer, les Manuscrits et appris sur la façon que nous percevons, regardons. J’ai réalisé et appris énormément la dernière année mais après cette année de solitude, je me suis rendu compte que créer, travailler ne remplit pas toute ma vie. Mon fils revient demain d’Amérique, il commencera presque aussitôt son service militaire, à cette occasion j'ai fait un grand rangement et j'ai retrouvé d’anciennes affaires.

Vais-je encore trouver un compagnon ? Quelqu'un pour qui je compte ? Qui compte pour moi ? Je crois que c’est plus important que le reste...

1 commentaire:

sophos a dit…

tiens, je viens de découvrir Dürer ... Manu aime beaucoup ces peintres flamands, et je lui ai offert des livres pour la fête des pères ....
ul y a aussi Brugel, qui fait de magnifiques tableaux, très détaillés ... et surtout très bizares pour l'époque ou il vivait !!!

Oui, trouver quelqu'un pour qui on est important, c'est important .... mais pas toujours facile de le faire !

Sophos